La Chapelle Rhénane célèbre la nouvelle année avec Monteverdi !

La Chapelle Rhénane vous souhaite une très belle année 2020, qu’elle inaugure avec un nouveau concert à l’église Sainte-Aurélie !

Depuis 2008, Salomé et Benoît Haller se consacrent avec bonheur à l’art du récital en alliant leurs voix. Après la musique baroque à l’échelle de l’Europe, celle venue plus spécifiquement d’Allemagne et une biographie musicale consacrée à Heinrich Schütz, les voilà dans une quatrième itération consacrée à Claudio Monteverdi. Ce compositeur fascinant dont le parcours musical commence à la fin de la Renaissance est le principal artisan de la révolution baroque, grâce à laquelle la musique se met au service du texte, et au-delà, d’un message humain et émotionnel.

En ouverture, dans la Lettera amorosa du VIIe livre de madrigaux, Salomé Haller déploie l’art de la déclamation chantée tandis que Benoît en réalise un traduction simultanée ; les deux parleurs chanteurs échangent leurs rôles dans la Partenza amorosa qui clôt le programme. Entre les deux oeuvres majeures, les deux chanteurs-parleurs entourés d’un effectif instrumental varié, dense et coloré s’emploient à rendre justice à l’art de Monteverdi tout en émouvant le public à travers madrigaux, duos et pièces instrumentales.

Salomé Haller soprano

Benoît Haller ténor

 

Guillaume Humbrecht  violon

Judith Pacquier cornet & flûte

Etienne Mangot violoncelle

Victorien Disse théorbe

Sébastien Wonner clavecin

Claudio Monteverdi 1567 – 1643

Madrigaux des 7e livre
Pièces instrumentales

Dimanche 19 janvier à 17h

Eglise Sainte-Aurélie, Strasbourg

La Chapelle Rhénane ouvre sa saison strasbourgeoise avec Bach

Après un été passé sur les routes pour les représentations de la saison précédente, la Chapelle Rhénane revient à Strasbourg pour son premier rendez-vous strasbourgeois de 2019-2020 !

Johann Sebastian Bach est, avec Heinrich Schütz, le compositeur auquel la Chapelle Rhénane a dédié l’essentiel de son activité depuis sa fondation en 2001. Depuis qu’il a enregistré une version remarquée de la Passion selon Jean en 2008, l’ensemble se produit avec succès dans toute l’Europe dans les quatre grands oratorios du cantor de Leipzig.

La Chapelle Rhénane propose ici une interprétation de ces cantates dans un effectif solistique. Comme à son habitude, l’ensemble met en avant l’humanité et l’émotion qui se dégage de cette musique. Conformément à l’esprit du travail de la Chapelle Rhénane expérimenté dans les oeuvres du premier baroque, il s’agit de permettre à chacun des chanteurs de porter son engagement individuel au plus haut : ils constituent tous ensemble le choeur, et remplissent également à tour de rôle la fonction de soliste.

Là aussi, il ne s’agit pas tant de se conformer à une pratique présumée authentique, que de permettre l’émergence d’une équipe soudée, d’un son cohérent, brillant, corporel et clair. La prise de conscience de toute l’équipe que dans la musique de Bach, la perfection technique et l’idée musicale juste ne peuvent être atteintes que conjointement fait que la seule exigence musicale est vaine, tout comme est inutile un quelconque conseil purement technique. C’est là aussi le miracle de cette musique !

Hasnaa Bennani soprano

Léopold Gilloots-Laforge contre-ténor

Benoît Haller ténor et direction

Benoit Arnould baryton

 

Guillaume Humbrecht 

& Matthieu Camilleri violons

Samuel Hengebaert alto

Jérôme Vidaller violoncelle

Ludovic Coutineau contrebasse

Johanne Maître

& Christophe Mazeaud hautbois

Sébastien Wonner orgue & clavecin

Johann Sebastian Bach 1685 – 1750

BWV 139 — Wohl dem, der sich auf seinen Gott
BWV 37 — Wer da gläubet und getauft wird
BWV 93 — Wer nur den lieben Gott läßt walten
BWV 187 — Es wartet alles auf dich

Jeudi 21 novembre 2019 à 20h

Eglise Sainte-Aurélie, Strasbourg

Dimanche 24 novembre à 14h30

Salle Bourgie, Musée des Beaux-Arts, Montréal

Festivals au programme de l’été

Heinrich Schütz : une biographie musicale

Benoît et Salomé Haller, entourés de sept instrumentistes, s’emparent des pièces de leur compositeur favori et retracent le parcours musical d’Heinrich Schütz.

Ce programme met en œuvre le principe du Broken Consort. À la différence du consort strict – consort de flûtes, consort de violes, consort vocal – ce genre consiste à mélanger les différentes familles d’instruments, afin de susciter par des combinaisons inépuisables une richesse et une variété infinies de timbres, couleurs et textures. Usant à l’envi de cette avantageuse palette, la Chapelle Rhénane rend à son père musical un vibrant hommage, en exaltant toute sa force expressive, toute la chatoyance, la profondeur et la puissante séduction de la musique d’Heinrich Schütz.

JEUDI 18 JUILLET à 21h
À l’Abbaye-Ecole de Sorèze 
(81)
dans le cadre du Festival Musiques des Lumières

VENDREDI 9 AOÛT à 20H30
à l’Abbaye d’Étival 
(54)
dans le cadre du Festival des Abbayes en Lorraine

Naissance Re-naissance

Schütz, Pachelbel, Schein, Buxtehude et Bach réunis dans un même programme pour célébrer l’esprit de la Réforme, la foi et la joie ancrée dans la musique de cette époque. Benoît Haller, accompagné par 4 musiciens alternera chant et commentaires sur le tournant baroque en musique.

MARDI 6 AOÛT à 21h
À la Collégiale de Saint-Donat (26)
dans le cadre du Festival Bach de Saint-Donat 

Young Arthur à Saverne

Pendant toute l’année scolaire 2018-2019, Benoît Haller a travaillé avec les enseignants et les élèves de l’école et du collège des Sources à Saverne sur le projet Young Arthur.

Inspiré de l’opéra King Arthur d’Henry Purcell, ce projet qui rassemble plus de 400 élèves donne lieu à des représentations scolaires et tout public à l’Espace Rohan avec les chanteurs et les instrumentistes de la Chapelle Rhénane.

Avec la participation des élèves de l’École Municipale de Musique de Saverne.

LUNDI 17 JUIN : 14h30 & 20h
MARDI 18 JUIN : 10h, 14h30 & 20h
À l’Espace Rohan,
Relais Culturel de Saverne
Entrée libre, sur réservation

La Chapelle Rhénane reçoit pour ce projet le soutien de la DRAC Grand Est, la Ville de Saverne, le CGET et le Conseil Départemental du Bas-Rhin dans le cadre du Contrat de Ville, la Charte départementale des pratiques chorales et vocales via le réseau Canopé, la Caisse des Dépôts, l’Éducation Nationale, L’École Municipale de Musique de Saverne et la Communauté de Communes du Pays de Saverne.

La Chapelle Rhénane clôture sa saison strasbourgeoise en compagnie de J. S. Bach

Après une série de concerts autour des Cantates Profanes, La Chapelle Rhénane reste dans le répertoire du compositeur J. S. Bach avec la Passion selon Jean.

Passion selon Jean

S’il existe pour la Passion selon Matthieu une partition définitive de la main de Bach, ce n’est pas le cas pour la Passion selon Jean, que le compositeur a donnée à quatre reprises entre 1724 et 1747. Imaginant la possibilité d’une cinquième exécution peu de temps avant la mort du cantor, la Chapelle Rhénane opte pour une version hypothétique, celle qui semble la plus juste, la plus équilibrée, la plus parlante.

Après avoir présenté en 2018 l’illustre Passion selon Matthieu, la Chapelle Rhénane s’empare cette année de sa “petite sœur” : moins théâtrale, la Passion selon Jean est plus dramatique, plus pressante, oppressante, même. Bach y renonce presque systématiquement aux airs da capo pour augmenter la densité du message.

Fidèle à ses convictions, la Chapelle Rhénane met en avant l’humanité universelle et intemporelle qui émane de l’œuvre et propose une manière personnelle d’interpréter cette musique. Le rejet d’une accentuation tonique systématique au profit d’une mise en valeur du mot dont la musique souligne elle-même l’importance ; la recherche d’une articulation qui ne tronçonne pas la musique mais au contraire permet l’émergence d’un réel phrasé ; un souci permanent de flexibilité grâce à l’utilisation d’un tempo perpétuellement souple ; la mise à profit du phrasé pour structurer le mouvement.

Une interprétation basée sur l’émotion et l’énergie de l’expérimentation, plutôt que sur une quelconque recherche de validité historique.

 

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Passion selon Jean

Benoît Haller
Direction

Aurore Bucher & Estelle Béréau
Sopranos

Paul-Antoine Bénos-Djian & Jean-Michel Fumas
Contre-ténors

Daniel Schreiber
Ténor (Évangéliste)

Jean Delescluse & François-Nicolas Geslot
Ténors

Matthieu Lécroart & Guilhem Worms
Barytons

15 solistes instrumentistes

Avec la participation des choeurs Motus et EVUS dirigés par Clotilde Gaborit.

Dates à retenir :

Mercredi 17 avril – 20h : Église Saint-Paul de Strasbourg

Samedi 29 juin – 20h30 : Froville

Mardi 13 août – 21h : Abbaye de Lessay

Dimanche 6 octobre – 17h : Festival de Ribeauvillé

Les cantates profanes de J.S. Bach

Après un bref séjour à Budapest avec les Psaumes de David de Schütz, la Chapelle Rhénane poursuit le mois de mars en compagnie de J.S. Bach.

Rendez-vous à Sceaux et à Strasbourg !

Si Bach est surtout connu pour sa musique instrumentale, ses œuvres pour orgue, son corpus de cantates sacrées et les grands oratorios, les quelques cantates profanes qu’il a composées pour la cour n’en sont pas moins de petits chefs-d’œuvre. Tels des mini-opéras, genre dans lequel le maître de chapelle n’aura jamais eu l’occasion de s’exprimer, ces tableaux mettent en scène des personnages mythologiques pour tirer de leurs aventures des enseignements contemporains.

La dispute entre Phœbus et Pan rapporte un concours de chant arbitré par Mercure. Bach gratifie chaque personnage d’une psychologie bien différenciée, en variant les caractéristiques musicales de chacun de leurs airs. C’est naturellement à Phœbus -Apollon- qu’il est donné de chanter le plus bel air, et c’est lui qui sort vainqueur de cette querelle.

Hercule à la croisée des chemins comporte une opposition d’une autre sorte : à l’occasion de l’anniversaire du jeune prince de la cour, Bach met en scène le demi-dieu Hercule, symbole de la force par excellence,  alors en proie à un choix difficile entre la vertu et la volupté. Un combat allégorique dont la première sortira glorifiée et victorieuse… Comment pourrait-il en être autrement ?

La Chapelle Rhénane s’empare de ces deux pièces profanes pour une interprétation dynamique où chaque chanteur et chaque instrumentiste tient une place de soliste. Une symphonie de timbres où cordes, flûtes, hautbois, trompettes et timbales rivalisent de virtuosité.

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Cantate BWV 201 – Der Streit zwischen Phœbus und Pan
Cantate BWV 213 – Herkules auf dem Scheidewege

Aurore Bucher
soprano
Guilhem Terrail
alto
François-Nicolas Geslot
ténor
Frédéric Caton
baryton
Nathanaël Tavernier
basse
16 solistes
instrumentaux
Benoît Haller
ténor & direction
Christian Peuckert
lumière

Ven. 15 mars – 20h45
Sam. 16 mars – 20h45
Dim. 17 mars – 17h
Les Gémeaux,
scène nationale – Sceaux

Dimanche 24 mars – 17h
Cité de la Musique et de la Danse – Strasbourg
1 Place Dauphine

Lundi 25 mars – 10h & 14h
Concerts scolaires
Espace Culturel – Ribeauvillé

Durée : 1h30 avec pause

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Recevez notre lettre d’informations par eMail environ 6 fois par an en fonction de l’actualité de la Chapelle Rhénane. Ne manquez plus aucune information sur l’activité de l’ensemble ! Vous pouvez facilement vous désinscrire par la suite, si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre.

Votre adresse est bien enregistrée !