La Chapelle Rhénane clôture sa saison strasbourgeoise en compagnie de J. S. Bach

Après une série de concerts autour des Cantates Profanes, La Chapelle Rhénane reste dans le répertoire du compositeur J. S. Bach avec la Passion selon Jean.

Passion selon Jean

S’il existe pour la Passion selon Matthieu une partition définitive de la main de Bach, ce n’est pas le cas pour la Passion selon Jean, que le compositeur a donnée à quatre reprises entre 1724 et 1747. Imaginant la possibilité d’une cinquième exécution peu de temps avant la mort du cantor, la Chapelle Rhénane opte pour une version hypothétique, celle qui semble la plus juste, la plus équilibrée, la plus parlante.

Après avoir présenté en 2018 l’illustre Passion selon Matthieu, la Chapelle Rhénane s’empare cette année de sa “petite sœur” : moins théâtrale, la Passion selon Jean est plus dramatique, plus pressante, oppressante, même. Bach y renonce presque systématiquement aux airs da capo pour augmenter la densité du message.

Fidèle à ses convictions, la Chapelle Rhénane met en avant l’humanité universelle et intemporelle qui émane de l’œuvre et propose une manière personnelle d’interpréter cette musique. Le rejet d’une accentuation tonique systématique au profit d’une mise en valeur du mot dont la musique souligne elle-même l’importance ; la recherche d’une articulation qui ne tronçonne pas la musique mais au contraire permet l’émergence d’un réel phrasé ; un souci permanent de flexibilité grâce à l’utilisation d’un tempo perpétuellement souple ; la mise à profit du phrasé pour structurer le mouvement.

Une interprétation basée sur l’émotion et l’énergie de l’expérimentation, plutôt que sur une quelconque recherche de validité historique.

 

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Passion selon Jean

Benoît Haller
Direction

Aurore Bucher & Estelle Béréau
Sopranos

Paul-Antoine Bénos-Djian & Jean-Michel Fumas
Contre-ténors

Daniel Schreiber
Ténor (Évangéliste)

Jean Delescluse & François-Nicolas Geslot
Ténors

Matthieu Lécroart & Guilhem Worms
Barytons

15 solistes instrumentistes

Avec la participation des choeurs Motus et EVUS dirigés par Clotilde Gaborit.

Dates à retenir :

Mercredi 17 avril – 20h : Église Saint-Paul de Strasbourg

Samedi 29 juin – 20h30 : Froville

Mardi 13 août – 21h : Abbaye de Lessay

Dimanche 6 octobre – 17h : Festival de Ribeauvillé

Les cantates profanes de J.S. Bach

Après un bref séjour à Budapest avec les Psaumes de David de Schütz, la Chapelle Rhénane poursuit le mois de mars en compagnie de J.S. Bach.

Rendez-vous à Sceaux et à Strasbourg !

Si Bach est surtout connu pour sa musique instrumentale, ses œuvres pour orgue, son corpus de cantates sacrées et les grands oratorios, les quelques cantates profanes qu’il a composées pour la cour n’en sont pas moins de petits chefs-d’œuvre. Tels des mini-opéras, genre dans lequel le maître de chapelle n’aura jamais eu l’occasion de s’exprimer, ces tableaux mettent en scène des personnages mythologiques pour tirer de leurs aventures des enseignements contemporains.

La dispute entre Phœbus et Pan rapporte un concours de chant arbitré par Mercure. Bach gratifie chaque personnage d’une psychologie bien différenciée, en variant les caractéristiques musicales de chacun de leurs airs. C’est naturellement à Phœbus -Apollon- qu’il est donné de chanter le plus bel air, et c’est lui qui sort vainqueur de cette querelle.

Hercule à la croisée des chemins comporte une opposition d’une autre sorte : à l’occasion de l’anniversaire du jeune prince de la cour, Bach met en scène le demi-dieu Hercule, symbole de la force par excellence,  alors en proie à un choix difficile entre la vertu et la volupté. Un combat allégorique dont la première sortira glorifiée et victorieuse… Comment pourrait-il en être autrement ?

La Chapelle Rhénane s’empare de ces deux pièces profanes pour une interprétation dynamique où chaque chanteur et chaque instrumentiste tient une place de soliste. Une symphonie de timbres où cordes, flûtes, hautbois, trompettes et timbales rivalisent de virtuosité.

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Cantate BWV 201 – Der Streit zwischen Phœbus und Pan
Cantate BWV 213 – Herkules auf dem Scheidewege

Aurore Bucher
soprano
Guilhem Terrail
alto
François-Nicolas Geslot
ténor
Frédéric Caton
baryton
Nathanaël Tavernier
basse
16 solistes
instrumentaux
Benoît Haller
ténor & direction
Christian Peuckert
lumière

Ven. 15 mars – 20h45
Sam. 16 mars – 20h45
Dim. 17 mars – 17h
Les Gémeaux,
scène nationale – Sceaux

Dimanche 24 mars – 17h
Cité de la Musique et de la Danse – Strasbourg
1 Place Dauphine

Lundi 25 mars – 10h & 14h
Concerts scolaires
Espace Culturel – Ribeauvillé

Durée : 1h30 avec pause

À vos agendas !

JSBATTENTION : NOUVEAU LIEU

En raison de l’affluence attendue, le concert de la Passion selon Matthieu du mercredi 28 mars à Strasbourg n’aura pas lieu à l’Église Sainte-Aurélie mais à l’Église Saint-Paul (1, place du Général Eisenhower).

Vous n’avez pas encore réservé vos places? C’est par ici.

Les lieux des autres concerts restent inchangés.

Au plaisir de vous retrouver lors de nos prochaines dates !

L’équipe de la Chapelle Rhénane

La Chapelle Rhénane vous souhaite un bel été en musique

Après deux concerts dédiés à la musique baroque allemande, un récital de Salomé et Benoît Haller intitulé “A Broken Consort” aux festivals de Froville et Sarrebourg les 9 et 10 juillet dernier, la Chapelle Rhénane vous invite pour le même programme :

En Alsace aussi, écoutez la Chapelle Rhénane dans le cadre des Jeudis Musicaux de Barr (67) le 28 juillet 2016 : Guillaume Humbrecht au violon, Sébastien Wonner au clavecin et Benoît Haller, ténor, y donneront des airs de cantates et des pièces instrumentales de Johann Sebastian Bach.

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Recevez notre lettre d’informations par eMail environ 6 fois par an en fonction de l’actualité de la Chapelle Rhénane. Ne manquez plus aucune information sur l’activité de l’ensemble ! Vous pouvez facilement vous désinscrire par la suite, si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre.

Votre adresse est bien enregistrée !