La Chapelle Rhénane clôture sa saison strasbourgeoise en compagnie de J. S. Bach

Après une série de concerts autour des Cantates Profanes, La Chapelle Rhénane reste dans le répertoire du compositeur J. S. Bach avec la Passion selon Jean.

Passion selon Jean

S’il existe pour la Passion selon Matthieu une partition définitive de la main de Bach, ce n’est pas le cas pour la Passion selon Jean, que le compositeur a donnée à quatre reprises entre 1724 et 1747. Imaginant la possibilité d’une cinquième exécution peu de temps avant la mort du cantor, la Chapelle Rhénane opte pour une version hypothétique, celle qui semble la plus juste, la plus équilibrée, la plus parlante.

Après avoir présenté en 2018 l’illustre Passion selon Matthieu, la Chapelle Rhénane s’empare cette année de sa “petite sœur” : moins théâtrale, la Passion selon Jean est plus dramatique, plus pressante, oppressante, même. Bach y renonce presque systématiquement aux airs da capo pour augmenter la densité du message.

Fidèle à ses convictions, la Chapelle Rhénane met en avant l’humanité universelle et intemporelle qui émane de l’œuvre et propose une manière personnelle d’interpréter cette musique. Le rejet d’une accentuation tonique systématique au profit d’une mise en valeur du mot dont la musique souligne elle-même l’importance ; la recherche d’une articulation qui ne tronçonne pas la musique mais au contraire permet l’émergence d’un réel phrasé ; un souci permanent de flexibilité grâce à l’utilisation d’un tempo perpétuellement souple ; la mise à profit du phrasé pour structurer le mouvement.

Une interprétation basée sur l’émotion et l’énergie de l’expérimentation, plutôt que sur une quelconque recherche de validité historique.

 

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Passion selon Jean

Benoît Haller
Direction

Aurore Bucher & Estelle Béréau
Sopranos

Paul-Antoine Bénos-Djian & Jean-Michel Fumas
Contre-ténors

Daniel Schreiber
Ténor (Évangéliste)

Jean Delescluse & François-Nicolas Geslot
Ténors

Matthieu Lécroart & Guilhem Worms
Barytons

15 solistes instrumentistes

Avec la participation des choeurs Motus et EVUS dirigés par Clotilde Gaborit.

Dates à retenir :

Mercredi 17 avril – 20h : Église Saint-Paul de Strasbourg

Samedi 29 juin – 20h30 : Froville

Mardi 13 août – 21h : Abbaye de Lessay

Dimanche 6 octobre – 17h : Festival de Ribeauvillé

Les cantates profanes de J.S. Bach

Après un bref séjour à Budapest avec les Psaumes de David de Schütz, la Chapelle Rhénane poursuit le mois de mars en compagnie de J.S. Bach.

Rendez-vous à Sceaux et à Strasbourg !

Si Bach est surtout connu pour sa musique instrumentale, ses œuvres pour orgue, son corpus de cantates sacrées et les grands oratorios, les quelques cantates profanes qu’il a composées pour la cour n’en sont pas moins de petits chefs-d’œuvre. Tels des mini-opéras, genre dans lequel le maître de chapelle n’aura jamais eu l’occasion de s’exprimer, ces tableaux mettent en scène des personnages mythologiques pour tirer de leurs aventures des enseignements contemporains.

La dispute entre Phœbus et Pan rapporte un concours de chant arbitré par Mercure. Bach gratifie chaque personnage d’une psychologie bien différenciée, en variant les caractéristiques musicales de chacun de leurs airs. C’est naturellement à Phœbus -Apollon- qu’il est donné de chanter le plus bel air, et c’est lui qui sort vainqueur de cette querelle.

Hercule à la croisée des chemins comporte une opposition d’une autre sorte : à l’occasion de l’anniversaire du jeune prince de la cour, Bach met en scène le demi-dieu Hercule, symbole de la force par excellence,  alors en proie à un choix difficile entre la vertu et la volupté. Un combat allégorique dont la première sortira glorifiée et victorieuse… Comment pourrait-il en être autrement ?

La Chapelle Rhénane s’empare de ces deux pièces profanes pour une interprétation dynamique où chaque chanteur et chaque instrumentiste tient une place de soliste. Une symphonie de timbres où cordes, flûtes, hautbois, trompettes et timbales rivalisent de virtuosité.

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Cantate BWV 201 – Der Streit zwischen Phœbus und Pan
Cantate BWV 213 – Herkules auf dem Scheidewege

Aurore Bucher
soprano
Guilhem Terrail
alto
François-Nicolas Geslot
ténor
Frédéric Caton
baryton
Nathanaël Tavernier
basse
16 solistes
instrumentaux
Benoît Haller
ténor & direction
Christian Peuckert
lumière

Ven. 15 mars – 20h45
Sam. 16 mars – 20h45
Dim. 17 mars – 17h
Les Gémeaux,
scène nationale – Sceaux

Dimanche 24 mars – 17h
Cité de la Musique et de la Danse – Strasbourg
1 Place Dauphine

Lundi 25 mars – 10h & 14h
Concerts scolaires
Espace Culturel – Ribeauvillé

Durée : 1h30 avec pause

La Chapelle Rhénane fête l’amour à Strasbourg !

L’année 2019 commence sous le signe de l’amour à la Chapelle Rhénane !

Nous poursuivons notre saison de concerts à Strasbourg avec le programme Transports Amoureux, présenté le vendredi 15 février à 20h dans la grande salle de l’Aubette, dans le cadre de l’évènement Strasbourg mon Amour.

Nous espérons vous accueillir nombreux pour ce concert intimiste, qui réunit pour la première fois, une comédienne et une chanteuse accompagnées par un clavecin.

Deux femmes : une comédienne et une chanteuse.
Deux époques : l’ère contemporaine et l’ère baroque.
Une rencontre.

Eva Gruber parcourt les bibliothèques, converse dans les transports en communs et en rapporte des histoires d’amour qui nous parlent de premier baiser, de rupture, d’infidélité, d’attente. Sur le même thème, Salomé Haller nous propose un voyage musical à travers l’Italie, l’Angleterre et la France de l’époque baroque.
Trois siècles les séparent et pourtant, elles se rencontrent, elles échangent. De cette conversation intimiste émane un portrait complexe de l’amour, sans cesse réinventé mais toujours porteur des mêmes troubles, des mêmes émois. Le son du claveciniste Sébastien Wonner et le regard du metteur en scène Lionel Parlier viennent renforcer cette fluidité des sens.
Mobilisant à la fois les champs de la musique, de la littérature et du théâtre, mêlant les expressions vocale, instrumentale et corporelle, ce programme intense déploie l’universalité du sentiment amoureux dans une vision à la fois féministe et féminine.

 

Salomé Haller
soprano
Eva Gruber
comédienne
Sébastien Wonner
clavecin
Lionel Parlier
mise en scène
Christian Peuckert
lumière

Informations et billetterie :

Billetterie en ligne
www.chapelle-rhenane.com

À la Boutique Culture
10 Place de la cathédrale, Strasbourg

En caisse du soir, à partir de 19h15

Tarifs de 6 à 20€

Comme un air de Bach comme ouverture de saison !

La saison à Strasbourg de la Chapelle Rhénane reprend avec un premier concert toute en intimité ce mercredi 10 octobre à 20h à l’église Sainte-Aurélie. Venez (ré)écouter les airs et Cantates de Jean-Sébastien Bach interprétés par Benoît Haller au chant, Jean-Pierre Pinet à la flûte accompagnés d’Elisabeth Geiger au clavecin.

Nous vous vous attendons nombreux pour ce premier évènement de la saison 2018 2019 !

Tarifs à l’unité de 20 à 6€
Possibilité de s’abonner et profiter de tarifs avantageux et placement réservé

Johann Sebastian Bach (1685-1750)

Airs de cantates pour ténor, flûte et basse continue
Pièces instrumentales

Benoît Haller
Ténor

Jean-Pierre Pinet
Flûte

Élisabeth Geiger
Clavecin

 

Comme un air de Bach

Mercredi 10 octobre, 20h – Église Sainte Aurélie

La musique de Bach, considérée à l’époque de sa création comme réfractaire à la modernité, donne lieu encore aujourd’hui à certaines controverses parmi les auditeurs, qui la jugent parfois trop intellectuelle, mathématique ou virtuose. Trois musiciens de la Chapelle Rhénane tordent le cou à cette vision fragmentaire et s’emparent du répertoire de l’habile compositeur pour révéler toute la science et toute l’émotion contenues en même temps dans ses œuvres.

Jean-Pierre Pinet, flûtiste, décrit la symbolique des nombres, celle des intervalles et des tonalités. Il se fait ainsi l’avocat d’un Bach cherchant à refléter dans ses compositions l’harmonie universelle. Benoît Haller, chanteur, en évoque la composante émotionnelle et sincèrement humaine en s’appuyant sur des extraits philosophiques. Tous deux, rejoints par Élisabeth Geiger au clavecin, résolvent leur opposition apparente et s’unissent à travers des airs de cantates et des pièces instrumentales.

À travers un format propice à l’instauration d’une authentique intimité, la Chapelle Rhénane accompagne le public dans une redécouverte de cette musique si complexe et pourtant  passionnante.

 

 

En tournée avec la Passion selon Matthieu de J.S. Bach

La Chapelle Rhénane se réjouit de vous présenter sa version de la Passion selon Matthieu de J. S. Bach en point d’orgue de sa programmation strasbourgeoise annuelle.

Chef-d’œuvre parmi les chefs-d’œuvre, la Passion selon Matthieu révèle une écriture musicale particulièrement ambitieuse et aboutie. La Chapelle Rhénane crée l’évènement en réunissant près de 50 musiciens professionnels et 100 choristes amateurs pour un concert d’une envergure exceptionnelle dans le cadre d’une saison en autoproduction.

Si le jugement et la mort du Christ ont autant passionné les musiciens, c’est sans doute parce que ce drame a une portée humaine et spirituelle qui dépasse largement sa fonction religieuse. Il s’agit d’un récit fondateur, au même titre que les grands mythes grecs : chacun des personnages évoqués est un archétype transposable dans notre monde actuel – celui qui se sacrifie, celui qui trahit, celui qui renie, celui qui juge. Chacun a une personnalité complexe et correspond à un profil psychologique universel. Le génie induit par la musique de Bach consiste à mettre l’universalité de ces personnages en exergue, à transcender le texte biblique, engageant l’interprète à s’impliquer de manière sensible, personnelle et vigoureuse, à sonder en profondeur et avec honnêteté l’âme humaine dans chacune de ses phrases musicales.

Plus que jamais, l’ensemble compte sur votre présence et espère vous retrouver extrêmement nombreux pour partager ce grand moment de musique !

Ce concert sera également donné le 29 mars aux Grands Concerts de la Chapelle à Lyon avec la maîtrise du CRR de Lyon, le 14 juin à la Thomaskirche du Bachfest de Leipzig avec le Thomanechor ainsi que le 17 juin au festival de l’Abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache avec la maîtrise de la Cathédrale de Reims.

En 2018, vous reprendrez bien un peu d’amour…

Alors que les célébrations de fin d’année ont tourné la page de 2017, Mouton poursuit sa route vers d’autres lieux et les musiciens de la Chapelle Rhénane vous convient à un nouveau moment de partage et d’émotion avec leur toute nouvelle production : Baroque Érotique.

Capture d’écran 2018-01-08 à 14.27.53

Afin de démarrer 2018 sous les meilleurs auspices, Benoît Haller a imaginé un programme inédit au sein duquel Heinrich Schütz et Claudio Monteverdi dialoguent à propos d’amour… Qu’il soit divin ou humain, spirituel ou érotique, théâtre de l’âme ou théâtre profane, le sentiment auquel ce concert rend hommage est de nature universelle. Et c’est d’abord en cela qu’il est bouleversant !

Huit chanteurs et dix musiciens interprètent avec passion un ensemble de motets et madrigaux issus du premier recueil des Symphoniæ Sacræ (1627) et des Cantiones Sacræ (1625) de Schütz, ainsi que du 8ᵉ livre de madrigaux de Monteverdi. Les formes et les distributions varient sans cesse, conférant à ce programme un caractère résolument dynamique et audacieux ; l’exaltation côtoie le subtil, la complexité enlace la nudité, la force se mêle à la douceur.

En concert le jeudi 25 février à Strasbourg, le mardi 30 janvier à Aix-en-Provence et le vendredi 2 février à Grenoble.

Nous vous attendons nombreux !

Plus d’informations sur cette page.

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Recevez notre lettre d’informations par eMail environ 6 fois par an en fonction de l’actualité de la Chapelle Rhénane. Ne manquez plus aucune information sur l’activité de l’ensemble ! Vous pouvez facilement vous désinscrire par la suite, si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre.

Votre adresse est bien enregistrée !