Cantate puissance 4

Jeudi 21 novembre 2019 – 20h
Eglise Sainte-Aurélie

Johann Sebastian Bach est, avec Heinrich Schütz, le compositeur auquel la Chapelle Rhénane a dédié l’essentiel de son activité depuis sa fondation en 2001. Depuis qu’il a enregistré une version remarquée de la Passion selon Jean en 2008, l’ensemble se produit avec succès dans toute l’Europe dans les quatre grands oratorios du cantor de Leipzig.
La Chapelle Rhénane propose ici une interprétation de ces cantates dans un effectif solistique. Comme à son habitude, l’ensemble met en avant l’humanité et l’émotion qui se dégage de cette musique. Conformément à l’esprit du travail de la Chapelle Rhénane expérimenté dans les oeuvres du premier baroque, il s’agit de permettre à chacun des chanteurs de porter son engagement individuel au plus haut : ils constituent tous ensemble le choeur, et remplissent également à tour de rôle la fonction de soliste. Là aussi, il ne s’agit pas tant de se conformer à une pratique présumée authentique, que de permettre l’émergence d’une équipe soudée, d’un son cohérent, brillant, corporel et clair. La prise de conscience de toute l’équipe que dans la musique de Bach, la perfection technique et l’idée musicale juste ne peuvent être atteintes que conjointement fait que la seule exigence musicale est vaine, tout comme est inutile un quelconque conseil purement technique. C’est là aussi le miracle de cette musique !

Johann Sebastian Bach 1685 – 1750

BWV 139 — Wohl dem, der sich auf seinen Gott
BWV 37 — Wer da gläubet und getauft wird
BWV 93 — Wer nur den lieben Gott läßt walten
BWV 187 — Wes wartet alles auf dich

90 minutes avec pause

Hasnaa Bennani soprano
Léopold Gilloots-Laforge contre-ténor
Benoît Haller ténor & direction
Benoît Arnould baryton
Guillaume Humbrecht & Matthieu Camilleri violons
Samuel Hengebaert alto
Jérôme Vidaller violoncelle
Ludovic Coutineau contrebasse
Johanne Maitre & Christophe Mazeaud hautbois
Sébastien Wonner clavecin


De la lettre à l’esprit

Dimanche 19 janvier 2020 – 17h
Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse

Depuis 2008, Salomé et Benoît Haller se consacrent avec bonheur à l’art du récital en alliant leurs voix. Après la musique baroque à l’échelle de l’Europe, celle venue plus spécifiquement d’Allemagne et une biographie musicale consacrée à Heinrich Schütz, les voilà dans une quatrième itération consacrée à Claudio Monteverdi. Ce compositeur fascinant dont le parcours musical commence à la fin de la Renaissance est le principal artisan de la révolution baroque, grâce à laquelle la musique se met au service du texte, et au-delà, d’un message humain et émotionnel.
En ouverture, dans la Lettera amorosa du VIIe livre de madrigaux, Salomé Haller déploie l’art de la déclamation chantée tandis que Benoît en réalise un traduction simultanée ; les deux parleurs chanteurs échangent leurs rôles dans la Partenza amorosa qui clôt le programme. Entre les deux oeuvres majeures, les deux chanteurs-parleurs entourés d’un effectif instrumental varié, dense et coloré s’emploient à rendre justice à l’art de Monteverdi tout en émouvant le public à travers madrigaux, duos et pièces instrumentales.

Claudio Monteverdi 1567 – 1643

Madrigaux des 7 e et 8 e livres
Pièces instrumentales

80 minutes sans pause

Salomé Haller soprano
Benoît Haller ténor
Guillaume Humbrecht violon
Judith Pacquier cornet & flûte
Étienne Mangot violoncelle
Andreas Arend théorbe
Sébastien Wonner orgue & clavecin


Les sept paroles du Christ

Vendredi 27 mars 2020 – 20h
Eglise Sainte-Aurélie

En 1786, Joseph Haydn reçoit une commande de l’église Santa Cueva de Cadix en Espagne. Pour l’office du Vendredi Saint, le prêtre devait lire chaque parole du Christ, et s’en suivait un moment de méditation soutenu par la musique. Haydn compose l’oeuvre pour orchestre, chaque parole étant citée en épitaphe des sept mouvements lents dans lesquels la variété des motifs, des rythmes et des tonalités concourent à contraster l’ensemble. Il y ajoute une introduction et un terrible tremblement de terre final, concluant l’oeuvre avec force et libérant la tension accumulée précédemment.
Les 7 paroles du Christ seront rapidement adaptées de l’orchestre au quatuor à cordes par le compositeur lui-même, qui approuvera également une version pour piano. Enfin Haydn fait encore évoluer son oeuvre en 1795, la faisant renaître sous forme d’oratorio pour choeur, orchestre et solistes vocaux, en langue allemande.
Le Quatuor 1781 et la Chapelle Rhénane prolongent le travail de Haydn en proposant une version traduisant à la fois l’intimité prospective du quatuor à cordes et la matérialité du texte allemand. Le quatuor à cordes et le quatuor vocal s’unissent pour incarner et raconter cet épisode de la vie du Christ.

Joseph Haydn 1732-1809

Les 7 paroles du Christ

60 minutes sans pause

Aurore Bucher soprano
Salomé Haller mezzo-soprano
Benoît Haller ténor
Benoît Arnould baryton

Quatuor 1781 :
Guillaume Humbrecht & Clémence Schaming violons
Delphine Blanc alto
Jérôme Vidaller violoncelle


D’un monde à l’autre

Samedi 13 juin 2020 – 20h
Eglise Sainte-Aurélie

Après une mémorable Passion selon Matthieu au BachFest de Leipzig en 2018 et une reprise de la Passion selon Jean en 2019, la Chapelle Rhénane quitte l’atmosphère pesante du Vendredi Saint pour fêter avec force trompettes, timbales, hautbois, flûtes et cordes, la Résurrection et l’Ascension.
L’Oratorio de Pâques à été créé le 1 er avril 1725, deux jours après la deuxième exécution de la Passion selon Jean. Il reprend le matériau musical d’une cantate profane, et tout comme les Passions, sera régulièrement remanié par Bach jusqu’à la fin de sa vie. La narration y est confiée non pas à un évangéliste mais aux quatre solistes qui apparaissent comme quatre témoins de l’évènement, renforçant la force émotionnelle et le caractère intemporel de la partition.
L’Oratorio de l’Ascension a été composé à Leipzig en 1735. L’air de soprano qui renonce à la basse continue pour évoquer l’élévation céleste en est la pièce la plus bouleversante, mais on se réjouira aussi d’entendre l’air d’alto que Bach reprendra ensuite comme Agnus Dei dans la Messe en Si mineur. Ces deux oratorios contiennent des airs parmi les plus célèbres de l’oeuvre de Bach. Il s’en dégage une atmosphère de sérénité mêlée de joie, à même de ravir les artistes et tous les publics !

Johann Sebastian Bach 1685 – 1750

BWV 249 — Oratorio de Pâques
BWV 11 — Oratorio de l’Ascension

90 minutes avec pause

Aurore Bucher soprano
Guilhem Terrail contre-ténor
Benoît Haller ténor & direction
Matthieu Lécroart baryton

15 instrumentistes solistes


TARIFS

Catégorie A Catégorie B
Plein tarif Réduit 1 Réduit 2 Plein tarif Réduit 1 Réduit 2
Cantate puissance 4 28 € 22 € 16 € 21 € 17 € 13 €
L’Esprit à la Lettre 20 € 16 € 12 € 17 € 13 € 10 €
Les 7 Paroles du Christ 20 € 16 € 12 € 17 € 13 € 10 €
D’un monde à l’autre 28 € 22 € 16 € 21 € 17 € 13 €

Tarif unique 6 € détenteurs des cartes étudiant et Atout Voir ; placement en catégorie B.
Tarif réduit 1 membres des Amis de la Chapelle Rhénane, de la Neue Bachgesellschaft, de la radio Accent 4.
Tarif réduit 2 – 32 ans, demandeurs d’emploi, carte Évasion, personnes en situation de handicap.
Gratuité – 11 ans ; placement auprès de l’adulte responsable.

Les catégories A & B correspondent aux zones de placement dans la salle. Les places en zone A bénéficient d’une meilleure acoustique et d’une meilleure visibilité. Les abonnés profitent d’un placement réservé et optimal dans chacune des deux zones.

Share This

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Recevez notre lettre d’informations par eMail environ 6 fois par an en fonction de l’actualité de la Chapelle Rhénane. Ne manquez plus aucune information sur l’activité de l’ensemble ! Vous pouvez facilement vous désinscrire par la suite, si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre.

Votre adresse est bien enregistrée !