De nombreux a priori entourent la musique de Heinrich Schütz, considéré à juste titre comme le plus grand compositeur de langue allemande du premier baroque : on met volontiers en valeur sa culture luthérienne, on imagine un personnage sobre voire austère, on voit dans sa musique la déploration des malheurs liés à la guerre de Trente Ans et ses tourments : famine, dévastation, mort. On l’interprète avec gravité et pudeur. Pourtant, Schütz ne peut pas être enfermé dans une vision aussi uniforme : deux séjours prolongés à Venise témoignent de sa grande ouverture aux innovations musicales de l’époque, et en particulier à celles de Monteverdi, à qui il a fait de nombreux emprunts. Il résulte de cette inspiration italienne une musique extraordinairement moderne, baignée de lumière, riche d’émotions extrêmes et contrastées qui révèlent une humanité complexe. Cette musique n’est pas le fruit d’un homme terne qui dépeint la misère d’un monde à son image. Bien au contraire, elle se fait didactique, encourageant l’humain à se réaliser et à parvenir à son épanouissement dans la sérénité ; elle se doit d’être incarnée par les musiciens qui l’interprètent ; elle est tour à tour jubilatoire et méditative, réalisant ainsi la synthèse entre esprit luthérien et soleil italien. Heinrich Schütz est le premier en Allemagne à intégrer tous les éléments de modernité du baroque naissant : la basse continue et la liberté de composition qu’elle permet ; la technique des affects qui rend la musique expressive et porteuse d’un message humain ; le dialogue entre instruments et voix qui rend la musique riche et variée.

L’œuvre de Schütz est d’une infinie variété et d’une grande complexité : dans l’esprit luthérien, il met la musique à la portée de tout un chacun en utilisant la langue allemande dans ses compositions.

La Chapelle Rhénane a forgé son idéal artistique et assis sa réputation internationale en consacrant d’innombrables concerts à l’œuvre du Sagittaire. Elle propose actuellement trois programmes de motets : le premier consacré à la figure du Père (Psaumes de David), le deuxième composé de Symphoniæ Sacræ et consacré au Fils (Vêpres au Christ), le troisième composé essentiellement de petits concerts spirituels et consacré à l’Esprit (Veni, Sancte Spiritus). En outre, l’ensemble propose d’entendre les Madrigaux Italiens (Opus Primum) et le Chant du Cygne (Opus Ultimum).

La Chapelle Rhénane, qui a consacré quatre de ses huit disques à Heinrich Schütz, a pour ambition de poursuivre son exploration de la musique de ce personnage humain, didactique, complexe et si proche de nous. C’est autour de cette approche originale et innovante que l’ensemble s’est formé, c’est à elle qu’il doit son identité artistique.

Psaumes de David

Heinrich Schütz (1585-1672) est considéré comme le plus grand compositeur allemand avant Johann Sebastian Bach. Profondément ancré dans la culture luthérienne, il se rend à Venise en 1609 pour étudier l’orgue, la composition et l’interprétation auprès de Giovanni Gabrieli. Cette rencontre constitue un événement artistique déterminant dans sa carrière : de retour à Kassel en 1612, il devient directeur de la musique à la cour de Dresde en 1615, et s’applique à mettre en pratique certains éléments rapportés d’Italie : organisation des masses sonores au travers de différents chœurs (ici compris dans le sens de groupes d’interprètes vocaux et instrumentaux), composition musicale favorisant la compréhension du texte… Mais ce qui est véritablement novateur, c’est que Schütz adapte ces principes à la langue allemande, dans une démarche humaniste et typiquement luthérienne : la langue littéraire est alors tout juste naissante, le seul ouvrage de référence en allemand étant la Bible traduite par Martin Luther.

Les vingt-six Psaumes de David destinés à l’office religieux de Dresde, dédiés au prince de Saxe et publiés en 1619 constituent le premier témoignage de cette brillante fusion entre la nouvelle musique née en Italie et la culture luthérienne du jeune musicien. La Chapelle Rhénane a choisi quatorze Psaumes qui donnent un aperçu de l’ardente énergie qui caractérise l’art de la composition chez Heinrich Schütz dans ses jeunes années.

Cette musique qui, au premier regard jeté sur la partition, peut sembler monotone, se révèle être une source d’inspiration infinie pour les interprètes : dans la plupart de ces psaumes, le compositeur ne précise pas la distribution des différentes lignes musicales, le choix est laissé à la sensibilité de l’interprète. Il s’agit donc d’un véritable travail d’orchestration, dans lequel la Chapelle Rhénane est guidée par deux objectifs : d’abord, la recherche d’une adéquation maximale avec les auditeurs contemporains, ensuite le désir de donner aux différents chœurs une intense spécificité et autonomie, ce qui amène à renoncer à l’utilisation des claviers au sein de la basse continue.

Ces psaumes sont autant de tableaux : chacun se définit par ses dimensions, ses techniques, son dégradé de couleurs plus ou moins contrastées, l’énergie qui s’en dégage. On en oublierait presque qu’il s’agit de musique spirituelle – l’intégration ponctuelle de la percussion participe à notre désir de souligner avec force l’universalité de ces compositions : ce n’est pas là la musique d’un clan religieux, c’est l’expression de sentiments humains, tantôt primitifs, violents et tribaux, tantôt subtils, tendres et civilisés.

Programme

Warum toben die Heiden
Psaume 2 • SWV 23, n°2

Der Herr ist mein Hirt
Psaume 23 • SWV 33, n°12

Der Herr sprach zu meinem Herren
Psaume 110 • SWV 22, n°1

Ich danke dem Herren von ganzem Herzen
Psaume 111 • SWV 34, n°13

Nicht uns Herr, sondern deinem Namen
Psaume 115 • SWV 43, n°22

Die mit Tränen säen
Psaume 126 • SWV 42, n°21

Jauchzet dem Herren, alle Welt
Psaumes 98, 150, 148, 96, 117 • SWV 47, n°26

Ist nicht Ephraim mein teurer Sohn
Jérémie 30,20 • SWV 40, n°19

Ich hebe meine Augen auf zu den Bergen
Psaume 121 • SWV 31, n°10

Herr, unser Herrscher
Psaume 8 • SWV 27, n°6

Jauchzet dem Herren
Psaume 100 • SWV 36, n°15

Zion spricht : der Herr hat mich verlassen
Isaïe 49,14-16 • SWV 46, n°25

An den Wassern zu Babel
Psaume 137 • SWV 37, n°16

Alleluja ! Lobet den Herren in seinem Heiligtum !
Psaume 150 • SWV 38, n°17

Distribution

8 chanteurs
2 violons, viole de gambe, violone
2 cornets à bouquin, 2 saqueboutes
dulciane, harpe, théorbe

Benoît Haller, direction

Concerts

18 janvier 2009, Strasbourg
30 janvier 2009, Folle Journée de Nantes
31 janvier 2009, Folle Journée de Nantes
11 juillet 2012, Festival d’Arts Sacrés d’Évron
12 juillet 2012, Festival de Sarrebourg
26 août 2012, Oude Muziek Utrecht
17 juin 2016, Festival du Haut-Jura
18 juin 2016, Strasbourg

Vêpres au Christ

Publié en 1629, suite au deuxième voyage de Schütz à Venise et son hypothétique mais probable rencontre avec Monteverdi, le premier recueil de Symphoniæ Sacræ est la première manifestation en Allemagne de la nouvelle musique baroque née en Italie. En 1647 suit un deuxième recueil, dans lequel le tragique de la guerre de Trente Ans et le style moderne s’entrechoquent pour donner naissance à une lumineuse confiance ; le troisième recueil est publié en 1650 et célèbre à sa manière la Paix de Westphalie, avec éclat, sérénité, profondeur et bonheur.

La Chapelle Rhénane a tissé sa propre histoire dans la substance des Symphoniæ Sacræ : c’est l’objet même de son premier disque et d’une partie du deuxième.

Ce concert permet d’entendre le meilleur des trois recueils, une sorte de parcours initiatique où concourent quête intérieure de spiritualité et recherche d’harmonie avec le monde extérieur, où s’affrontent tragique condition humaine et rêve italien.

Programme
Symphoniæ Sacræ I (1629)

Buccinate in Neomenia tuba – Prima pars
pour deux dessus, deux ténors, baryton et basse continue
Jubilate Deo in chordis et organo – Secunda pars
pour deux dessus, deux ténors, baryton et basse continue
Exultavit cor meum in Domino
pour deux dessus, soprano et basse continue
In te, Domine, speravi
pour deux dessus, haute-contre et basse continue

Symphoniæ Sacræ II (1647)

Herr, nun lässest du deinen Diener
pour deux dessus, baryton et basse continue
Lobet den Herren in seinem Heiligtum
pour deux dessus, ténor et basse continue
Von Gott will ich nicht lassen
pour deux dessus, deux sopranos, baryton et basse continue
Was betrübst du dich, meine Seele
pour deux dessus, deux sopranos et basse continue
Freuet euch des Herren, ihr Gerechten
pour deux dessus, haute-contre, ténor, baryton et basse continue

Symphoniæ Sacræ III (1650)

Herr, wie lang willst du mein so gar vergessen
pour deux dessus, deux sopranos, haute-contre, deux ténors, baryton et basse continue
Hütet euch, daß eure Herzen
pour deux dessus, deux sopranos, haute-contre, deux ténors, baryton et basse continue
Feget den alten Sauerteig aus
pour deux dessus, soprano, haute-contre, ténor, baryton et basse continue
Komm, heiliger Geist, Herre Gott
pour deux dessus, deux sopranos, haute-contre, deux ténors, baryton et basse continue
Nun danket alle Gott
pour deux dessus, deux sopranos, haute-contre, deux ténors, baryton et basse continue

 

Distribution
Stéphanie Révidat et Salomé Haller, sopranos
Rolf Ehlers, haute-contre
Michael Feyfar et Benoît Haller, ténor
Benoît Arnould, baryton
Guillaume Humbrecht et Clémence Schaming, violon
Élodie Peudepièce, violone en sol
Marie Garnier et Liselotte Emery, cornets à bouquin
Mélanie Flahaut, dulciane
Marie Bournisien, harpe
Thomas Boysen, théorbe
Sébastien Wonner, orgue
Concerts

6 avril 2006, AMIA Strasbourg
18 avril 2006, Opéra de Rennes
3 juin 2006, Festival de Sarrebourg
13 juillet 2006, Festival de Saintes
13 octobre 2006, Saison des Concerts Parisiens
14 octobre 2006, Arsenal de Metz
31 mai 2009, Tage Alter Musik Regensburg

Veni Sancte Spiritus

S’il est un mot aux multiples facettes, alors celui-là. On peut en parler avec – ou sans – esprit, mais en écrire ! Alors, choisissons de faire simple, et reprenons au commencement. Au commencement, quand la terre était déserte et vide, l’esprit de Dieu planait à la surface des eaux (Genèse 1,2). Le terme hébreu qu’on traduit ainsi se dit rouach, et veut dire tout simplement souffle, ou vent. Dans une autre narration symbolique de ce temps originel, Dieu façonne l’homme avec de la poussière et lui insuffle l’haleine de vie (Genèse 2,7). Un peu plus loin, en introduction au récit du Déluge, Dieu dit : « Mon souffle ne durera pas toujours en l’homme ; dans ses égarements, il n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. » (Genèse 6,3)

Inutile de poursuivre les citations : on voit déjà que l’esprit est puissance de vie, force vitale, bref : la vie même, dont la Bible ne cesse de montrer, dans son langage imagé, qu’elle est un don de Dieu. Son souffle-esprit anime chaque être vivant. S’il le retire, c’est la mort – comme d’ailleurs la médecine l’affirme depuis Hippocrate : l’arrêt respiratoire, confirmé par l’absence de buée sur le miroir placé devant la bouche, est synonyme de verdict fatal, comme on dit expirer, ou rendre l’esprit.

Dans le Nouveau Testament, l’esprit (saint) est annoncé par la prédication de Jean Baptiste (Marc 1,8 et parallèles) ; il entre en scène au moment du baptême de Jésus, sous la forme d’une colombe. Mais ce ne sera qu’après la résurrection du Christ qu’il viendra se poser sur chaque croyant, comme une langue de feu, avec le bruit d’un vent formidable, lors de la Pentecôte (Actes des Apôtres 2,1 et suivants). Jésus l’appelle le Consolateur, l’Avocat. C’est l’esprit de vérité qui pardonne – ou qui condamne. C’est lui qui crée une communion entre les croyants, qui deviennent alors l’Eglise, dont chacun est une pierre vivante.Mais n’allons pas croire que l’esprit est une notion réservée au monde biblique ! Nous le retrouvons dans le monde grec qui le désigne du mot pneuma, dont la racine est à la base d’une large famille de mots, qui en français notamment, sont parfaitement évocateurs. De même le latin spiritus – ancêtre de notre esprit – et l’allemand Geist : tous renvoient au sens premier de souffle.

En somme, l’esprit c’est le médiateur. Entre le haut et le bas, entre le divin et l’humain. Et c’est le grand inspirateur : n’est-ce pas lui qui fait parler les prophètes, qui fait écrire les écrivains, qui ouvre l’entendement des savants, qui fait aimer la sagesse aux philosophes, et qui rend captivant les orateurs ? Ne nous étonnons donc pas qu’il ait tant inspiré les artistes : ceux-là seuls savent parler de l’indicible qui souffle si mystérieusement dans l’Esprit. « Veni Sancte Spiritus » est une parfaite alliance de Petits Concerts Spirituels et de Symphonies Sacrées, où le souffle, le mouvement et la virtuosité sont à l’honneur. Les « Kleine geistliche Konzerte » expriment à merveille la profondeur lumineuse de l’œuvre de Heinrich Schütz, tandis que les « Sinfoniae Sacrae » célèbrent, grâce aux violons, avec brillance la paix de Westphalie et la fin de la Guerre de Trente Ans.

Programme
Komm, heiliger Geist, Herre Gott
SWV 417 (Symphoniae Sacrae III)
pour deux dessus, deux sopranos, haute-contre, deux ténors, baryton et basse continue

Schaffe in mir, Gott, ein rein Herz
SWV 291 (Kleine Geistliche Konzerte)
pour soprano, ténor et basse continue

Ich bin die Auferstehung und das Leben
SWV 324 (Kleine Geistliche Konzerte)
pour deux ténors, baryton et basse continue

Herr, nun lässest du deinen Diener
SWV 352 (Symphoniae Sacrae II)

pour deux dessus, baryton et basse continue

Allein Gott in der Höh sei Ehr
SWV 327 (Kleine Geistliche Konzerte)

pour deux sopranos, deux ténors et basse continue

Quemadmodum desiderat cervus
SWV 336 (Kleine Geistliche Konzerte)

pour deux sopranos, haute-contre, ténor, baryton et basse continue

Von Gott will ich nicht lassen
SWV 366 (Symphoniae Sacrae II)
pour deux dessus, deux sopranos, bariton et basse continue

Ich hab mein Sach Gott heimgestellt
SWV 305 (Kleine Geistliche Konzerte)
pour deux sopranos, haute-contre, ténor, baryton et basse continue

Lobet den Herren in seinem Heiligtum
SWV 350 (Symphoniae Sacrae II)

pour deux dessus, ténor et basse continue

Veni, sancte spiritus
SWV 328 (Kleine Geistliche Konzerte)

pour deux sopranos, deux ténors et basse continue

Feget den alten Sauerteig aus
SWV 404 (Symphoniae Sacrae III)

pour deux dessus, soprano, haute-contre, ténor, baryton et basse continue

Verbum caro factum est
SWV 314 (Kleine Geistliche Konzerte)
pour deux sopranos et basse continue

Nun danket alle Gott
SWV 418 (Symphoniae Sacrae III)
pour deux dessus, deux sopranos, haute-contre, deux ténors, baryton et basse continue

 

Distribution
Stéphanie Révidat et Salomé Haller, sopranos
Rolf Ehlers, haute-contre
Michael Feyfar et Benoît Haller, ténor
Benoît Arnould, baryton
Guillaume Humbrecht et Clémence Schaming, violon
Élodie Peudepièce, violone en sol
Sébastien Wonner, orgue
Concerts

18 janvier 2010, Strasbourg
23 janvier 2010, Resonanz Wien

Madrigaux Italiens

Le madrigal est la forme la plus répandue de musique profane à la Renaissance ; il atteint son apogée en Italie au milieu du XVIe siècle. Polyphonique par essence, il laisse progressivement sa place à la monodie accompagnée qui naît avec le baroque au début du XVIIe siècle. Et pourtant, certains compositeurs tels Monteverdi poursuivent dans cette voie, en combinant avec génie polyphonie et rhétorique: le madrigal ne s’éteint pas, il se transforme encore sous l’impulsion de compositeurs allemands comme Heinrich Schütz et Johann Hermann Schein qui l’adoptent dans leurs œuvres spirituelles. Ainsi, la rhétorique est en quelque sorte héritière du madrigalisme, procédé de composition qui consistait à illustrer le texte par des motifs musicaux. Mais la rhétorique ne se contente pas d’illustrer : elle plonge l’auditeur dans l’émotion, le guide dans une réelle compréhension du texte, sublime le message …et c’est bien pour cette raison qu’elle est si propice à susciter l’âge d’or que connaît la musique sacrée dans l’Allemagne du premier baroque ! Le madrigal moderne est une déclamation complexe à plusieurs voix : sa composition est d’abord guidée par l’expressivité individuelle de chaque ligne vocale, mais le génie des grands compositeurs est de parvenir à superposer quatre, cinq ou même six lignes sans pour autant que l’une d’entre elle perde en finesse ou en intérêt.

Les 19 madrigaux italiens viennent conclure symboliquement le séjour de Schütz en Italie et trois ans études auprès du compositeur et organiste de St.-Marc de Venise, Giovanni Gabrieli. Ils sont écrits pour cinq voix, à l’exception du dernier, composé pour deux ensembles de quatre voix et dédicacé à Moritz von Hessen, mentor du Sagittaire. Si ces œuvres restent académiques par leur langue et leur vocation, elles n’en portent pas moins en germe tout le génie de Heinrich Schütz.

Programme

1. O primavera
2. O dolcezze amarissime
3. Selve beate
4. Alma afflitta
5. Così morir debbio
6. D’orrida selce alpina
7. Ride la primavera
8. Fuggi o mio core
9. Feritevi, ferite
10. Flamma ch’allacia
11. Quella damma son io
12. Mi saluta costei
13. Io moro, eccho ch’io moro
14. Sospir che del bel petto
15. Dunque addio
16. Tornate, o cari baci
17. Di marmo siete voi
18. Giunto è pur, Lidia
19. Vasto mar

Distribution

Stéphanie Révidat & Salomé Haller, sopranos
Rolf Ehlers, haute-contre
Benoît Haller, ténor
Ekkehard Abele, baryton

5 chanteurs, 3 chanteurs stagiaires

Opus Ultimum

Le testament musical de Schütz met en musique les 176 vers du Psaume 119 (que l’on a de tout temps considéré comme une synthèse de la Bible), suivis par le Psaume 100 et le magnificat allemand. Schütz avait choisi pour devise un des versets du psaume 119 : « Ta loi est mon chant en ma demeure ».

L’ensemble de l’œuvre est composé pour double-chœur et suggère des choix permanents d’instrumentation ; malgré ces effectifs importants, le principe d’une rhétorique personnelle et subjective est évident, et le compositeur se trouve à mi-chemin entre madrigal et monodie accompagnée.

Programme

Aleph und Beth : Wohl denen, die ohne Wandel leben, SWV 482
Gimel und Daleth : Tue wohl deinem Knechte, SWV 483
He und Vav : Zeige mir, Herr, den Weg, SWV 484
Dsaïn und Chet : Gedenke deinem Knechte, SWV 485
Thet und Jod : Du tust Guts deinem Knechte, SWV 486
Caph und Lamed : Meine Seele verlanget, SWV 487
Mem und Nun : Wie habe ich dein Gesetze so lieb, SWV 488
Samech und Aïn : Ich hasse die Flattergeister, SWV 489
Pe und Sade : Deine Zeugnisse sind wunderbarlich, SWV 490
Koph und Resch : Ich rufe von ganzem Herzen, SWV 491
Schin und Tav : Die Fürsten verfolgen mich ohn Ursach, SWV 492
Psalm 100 : Jauchzet dem Herren, alle Welt, SWV 493
Deutsches Magnificat : Meine Seele erhebt den Herren, SWV 494

Distribution

Stéphanie Révidat & Aurore Bucher, sopranos
Rolf Ehlers & Jean-François Lombard, haute-contres
Michael Feyfar & François Rougier, ténors
Ekkehard Abele & Benoît Arnould, barytons
Marie Garnier, cornet à bouquin
Nathaniel Wood, Aurélien Honoré & Keal Couper, saqueboutes
Guillaume Humbrecht, violon
Sarah van Oudenhove, Lucille Boulanger & François Joubert-Caillet, violes de gambe
Élodie Peudepièce, violone
Sébastien Wonner, clavecin
Philippe Grisvard, orgue
Marie Bournisien, harpe
Benoît Haller, direction

Share This

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Recevez notre lettre d’informations par eMail environ 6 fois par an en fonction de l’actualité de la Chapelle Rhénane. Ne manquez plus aucune information sur l’activité de l’ensemble ! Vous pouvez facilement vous désinscrire par la suite, si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre.

Votre adresse est bien enregistrée !